uberisationQue se passerait-il si l’on ubérisait la fonction RH ?

Nul besoin de rappeler ce qu’est l’ubérisation et où ce phénomène a commencé. Ce que l’on peut en revanche expliquer est que ce changement de l’intermédiation entre l’offre et la demande a bousculé nos habitudes et les différents marchés ainsi que le système hiérarchique de notre société. Après les chauffeurs de taxis nous assistons à une prise de conscience des collaborateurs de la fonction RH car oui, personne n’est épargné. Mais ce qui est le plus intéressant dans cette notion d’ubérisation au recrutement est qu’elle n’est pas née de l’initiative à proprement parler des DRH mais d’un coup de sifflet lancé par les candidats à l’embauche et surtout les jeunes diplômés.

Les jeunes aux commandes des recruteurs ?

Pourquoi les jeunes ont-ils inconsciemment ou non influencé cette ubérisation du recrutement ?  Car les jeunes ont les capacités de maitriser les outils de demain entre réservations de billets d’avions, location d’appartements pour leurs vacances et consultation d’offres d’emploi, et ce directement via leur mobile. Les jeunes sont de plus en plus friands d’autonomie, de rapidité, de contrôle et de transparence. Surtout si cela implique le domaine des ressources humaines et cela va même un peu plus loin. Avec une courbe du chômage qui n’est pas embonpoint, les jeunes candidats sont d’autant plus que jamais conscients et en première loge de la gestion de leur carrière professionnelle. Avec un parcours de recrutement en pleine transformation, les process en matière de sourcing, mobilité et d’évaluation de compétence se modernisent pour ainsi répondre à une demande d’autant plus exigeante et redoutable. Et les entreprises ont tout intérêt à s’adapter à ces changements car les avis négatifs risquent de froisser leur notoriété si l’on prend exemple du site Glassdoor.com où il est possible de laisser un avis et de donner une note aux entreprises.

Les RH à la reconquête du marché

Que font donc les RH pour s’appuyer à cette « nouvelle demande » ? Deux écoles peuvent se confronter, les RH qui seront encore dans le déni à l’ère de la digitalisation et qui ne savent pas comment se moderniser et puis ces RH qui ont le goût pour l’aventure, l’innovation et qui sont au contraire prêt à prendre avantage de cette ubérisation du recrutement. Bien sûr, c’est un enjeu de taille le marché du recrutement reste très complexe que ce soit pour le recruteur ou pour le candidat. Entre pratiques managériales, législation du travail … Il n’est pas évident de s’aligner à une « e-demande ». 
Pourtant certaines entreprises d’adaptent et proposent différents services gratuits à leurs employés pour les former (e-learning, webinar, conférence en ligne…) et cela même dans le cadre professionnel ce qui sous-entend ne pas quitter son poste de travail. Ces méthodes permettent ainsi de motiver les équipes tout en développant leurs compétences professionnelles et ainsi pour les salariés accéder dans le meilleur des cas à une évolution d’embauche. L’enjeu maintenant pour les entreprises et DRH est d’apprivoiser cette ubérisation en gardant à l’esprit que les méthodes de recrutement sont quasi les mêmes mais impliquent désormais l’ensemble du corps social de l’entreprise à des niveaux différents. Et dans cette démarche, elles peuvent faire appel à des entreprises spécialisées dans le e-recrutement et qui ont pour vocation d’assister les entreprises dans les méthodes de sourcing et ainsi dénicher le bon candidat comme c’est le cas pour le réseau social professionnel made in France Viadeo.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 3.0/5 (2 votes cast)
Ubérisation : Un avenir pour le recrutement ?, 3.0 out of 5 based on 2 ratings