Ubérisation : Un avenir pour le recrutement ?

Ubérisation : Un avenir pour le recrutement ?

Que se passerait-il si l’on ubérisait la fonction RH ? Nul besoin de rappeler ce qu’est l’ubérisation et où ce phénomène a commencé. Ce que l’on peut en revanche expliquer est que ce changement de l’intermédiation entre l’offre et la demande a bousculé nos habitudes et les différents marchés ainsi que le système hiérarchique de notre société. Après les chauffeurs de taxis nous assistons à une prise de conscience des collaborateurs de la fonction RH car oui, personne n’est épargné. Mais ce qui est le plus intéressant dans cette notion d’ubérisation au recrutement est qu’elle n’est pas née de l’initiative à proprement parler des DRH mais d’un coup de sifflet lancé par les candidats à l’embauche et surtout les jeunes diplômés. Les jeunes aux commandes des recruteurs ? Pourquoi les jeunes ont-ils inconsciemment ou non influencé cette ubérisation du recrutement ?  Car les jeunes ont les capacités de maitriser les outils de demain entre réservations de billets d’avions, location d’appartements pour leurs vacances et consultation d’offres d’emploi, et ce directement via leur mobile. Les jeunes sont de plus en plus friands d’autonomie, de rapidité, de contrôle et de transparence. Surtout si cela implique le domaine des ressources humaines et cela va même un peu plus loin. Avec une courbe du chômage qui n’est pas embonpoint, les jeunes candidats sont d’autant plus que jamais conscients et en première loge de la gestion de leur carrière professionnelle. Avec un parcours de recrutement en pleine transformation, les process en matière de sourcing, mobilité et d’évaluation de compétence se modernisent pour ainsi répondre à une demande d’autant plus exigeante et redoutable. Et les entreprises ont tout...
Les Agences publiques passent à la transformation digitale

Les Agences publiques passent à la transformation digitale

Aucune organisation ne semble y résister, la transformation digitale est devenue un levier incontournable. Les Agences publiques elles aussi ont entamé cette transformation pour garantir toujours plus de transparence et véhiculer toujours plus fort leur message à leurs publics respectifs avec des leviers plus performants, innovants et dans l’air du temps. Une prise de conscience inévitable Avec l’impressionnant flux de données et d’informations encore jamais vu, le digital a bouleversé les habitudes de l’internaute lambda à l’heure des applications mobiles, santé connectée, services en ligne et d’une multitude d’autres outils plus innovants les uns que les autres. L’objectif de cette vision 2.0 des Agences publiques vient du fait de profondes mutations qui ont bouleversé l’écosystème interne et externe de ces dernières (contexte économique, sociale et politique difficile entrainant un débalancement du marché). D’où cette envie prépondérante de développer une politique active d’ouverture de données et d’encouragement à l’innovation ouverte, mais également des actions de sensibilisation-formation. Mais ce qui a nettement influencé cette « prise de conscience » vient de l’arrivée « massive » des start-ups avec des équipes très jeunes et dont les CEO regorgent pour la majorité de créativité et dont ils jouent un rôle déterminant dans cette transition digitale. Ils apportent un nombre de nouveaux services et d’usages qui s’installent progressivement et de manière « naturelle » dans nos modes de vie. 
C’est donc dans ce sens que les Agences publiques, institutions souhaitent évoluer et s’engager dans cette « révolution » 2.0. Disruption digitale de l’économie sociétale La transformation digitale est coordonnée selon des principes d’automatisation, dématérialisation et de réorganisation des schémas traditionnels. Automatisation par la productivité du trafic, capital et énergie des matières premières, Dématérialisation...
Le Hub, quand marque et media ne font plus qu’un

Le Hub, quand marque et media ne font plus qu’un

Après le blog, le webzine, voilà qu’apparaît depuis peu la multiplication des « Hub » comme ce fût le cas pour le Hub Sanofi, ou encore celui du Hub Tetra Pak. Mais que se cache-t-il derrière ce terme habituellement utilisé pour désigner un simple appareil informatique ? Pourquoi et comment les marques intègrent-elles ce nouvel outil de communication dans leur stratégie marketing ? Le Hub serait-il leur nouvelle voix ? Qu’est-ce-qu’un Hub ? Force est de constater qu’il se présente tout d’abord sous la forme d’un site web au design épuré, un module de recherche pour faciliter l’accès à l’information, une navigation facile et intuitive et très souvent un nuage de tags en complément. Tout est fait pour rendre l’accès à l’information le plus simplement possible, cela permet entre autre d’engager au maximum l’internaute pour des visites de qualité. Ensuite, le discours est davantage tourné vers le public des marques en proposant des articles sous forme de thématique traitant de sujets d’actualité ou encore de tendances se rapportant de près ou de loin aux produits/services de la marque, comme par exemple cet article du Hub Sanofi destiné aux personnes présentant des signes d’hypercholestérolémie ou voulant tout simplement s’informer sur cette pathologie. Certains d’entre vous doivent se dire qu’il s’agit d’un webzine sous une autre dénomination mais il s’avère que certaines différences demeurent. Quelles sont les différences entre un webzine et un Hub ? Un webzine se présente sous la forme d’un magazine publié sous forme d’un site web. Ce dernier peut être collaboratif lorsque les internautes (salariés, amateurs ou encore bénévoles) peuvent participer à la création du contenu, mais...
Le Whois : une fonction discrète et pourtant très utile

Le Whois : une fonction discrète et pourtant très utile

Peu d’internautes le connaissent et l’utilisent, pourtant l’annuaire Whois est un atout de poids dans nombreuses de vos démarches Web. Voici une courte présentation de ce grand inconnu de la toile. Un annuaire ouvert à tous Le Whois est un annuaire de tous les domaines occupés du Net. Pour une adresse internet particulière, vous trouverez dans le Whois (entre autres) le nom du propriétaire du domaine, son adresse mail, son adresse physique et même son numéro de téléphone. Pour des usages techniques, la fiche du domaine recherché indique également les identifiants du contact technique et du contact de facturation. Le Whois est accessible gratuitement par exemple ici, sur le site de 1&1. Les utilisations possibles du Whois Le Whois vous permet d’abord de savoir si un domaine est libre ou non. Grâce aux contacts fournis par l’annuaire, vous avez la possibilité d’entrer en communication avec le titulaire du domaine pour éventuellement lui faire une offre si le nom du domaine vous intéresse ou si vous souhaitez changer le vôtre. Cela vous donne aussi l’occasion de vérifier la fiabilité d’un site dans le cas d’un site e-commerce. Enfin, lors d’une panne ou de difficultés techniques, le Whois permet de mettre en lien plus facilement et rapidement les équipes techniques des sites partenaires pour résoudre le problème. Débat autour du Whois Le Whois est actuellement en plein débat. L’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) a formulé une proposition en mai dernier pour rendre l’anonymat des données du Whois impossible pour les sites commerciaux. L’idée serait d’obliger les sites e-commerce à fournir des informations justes et certifiées. La question est...
Le changement de nom de domaine, une étape indispensable pour changer son image de marque ?

Le changement de nom de domaine, une étape indispensable pour changer son image de marque ?

Différents facteurs peuvent influencer la volonté d’une entreprise de changer la perception qu’a une cible par rapport à sa ou ses marques : Le regroupement de plusieurs sociétés sous une même entité pour s’afficher comme un groupe important, comme ce fût le cas pour le groupe historique Vinci et ses nombreuses sociétés et branches d’activité. Le constat d’une image d’entreprise vieillissante, qui manque d’innovation et ne répond plus complètement aux besoins des consommateurs. Le développement sur de nouveaux marchés internationaux avec comme exemple la société covoiturage.com, nom très français, devenu blablacar.com et répondant à près de dix-sept langues. Une société en pleine expansion qui se devait de changer de nom. L’élargissement de son offre commerciale La communication web en est naturellement impactée et s’articulera souvent autour d’un nouveau nom de domaine comme cela fût le cas pour gdf-suez.com qui est devenu engie.com. Un nouveau nom signe de modernité, fédérateur, plus facilement mémorisable, prononçable dans toutes les langues et rappelant son coeur de métier qui n’a cessé d’évoluer avec le temps. Le choix de ce changement stratégique a été motivé notamment par la crise du gaz en Europe (10 milliards d’euros perdus en 2013, source lemonde.fr) nécessitant de profonds changement structurels, la nécessité de se tourner vers des pays émergents pour y faire face, mais également de rompre avec une double image : celle de la société Gaz de France, nom très français et ne connotant qu’une seule activité, et de la compagnie fondée par Ferdinand de Lesseps en 1858 pour creuser le fameux canal. Un changement de nom de domaine s’avère donc parfois indispensable mais il ne doit pas...
Facebook, votre lancement de site grâce à la visibilité sociale

Facebook, votre lancement de site grâce à la visibilité sociale

Article rédigé par Thomas Bordier. Personnellement, je travaille régulièrement avec des sites existants qui bénéficient d’une notoriété, si pas encore tout à fait établie, bénéficiant tout au moins d’un capital de backlinks de départ. Dans le cadre de refonte de sites, il s’agit ainsi de préserver et transférer ce capital (attention à la structure et aux 301!) puis de créer du nouveau « bruit » Internet, optimiser le code et regarder les visites repartir après la quasi-inévitable secousse du trafic organique. Cette fois-ci, je suis toutefois parti sur un projet tout neuf avec un produit assez spécifique qu’est le tourisme médical à Prague. En effet, Mediprague est une jeune entreprise qui offre des services clés en main pour des opérations esthétiques mais aussi dentaires à Prague. Et le problème de partir de zéro en webmarketing, c’est de savoir que l’on va devoir s’attaquer à des mots clés déjà suroccupés par les acteurs du marché peu pressés de voir leurs positionnements détrônés. Bien évidemment, nous commençons par ceux moins squattés mais il reste néanmoins une décourageante impression de David se jettant contre Goliath, ce monstre aux sites âgés, innombrables et bien assis sur le trio de tête des résultats de moteurs de recherche. Etude de mots clés Là, on fouille dans le fin fond de la longue traîne thématique pour trouver des mots clés recherchés 10 fois le mois sur Google et on se rend vite compte que ceux-ci, sont enchéris à 2€ et plus dans Adwords (sans parler des mots clés superstars à 8€ et plus). La tâche va être difficile et le client, lui, est impatient de pouvoir enfin voir...