google penalise ecommerce

Google va pénaliser les mauvais sites e-commerce

Hier, je suis tombé sur un article sur WRI qui parle d’une nouvelle idée chez la web spam team de Google : pénaliser les mauvais sites e-commerce.

Alors, qui est prêt à prendre les paris sur le nom de ce prochain algorithme ? Orque, zèbre, dalmatien, putois ou blaireau (celui-là c’est mon préféré) ???

Google nous concocte encore du lourd, tremblez webmaster de sites e-commerce, ça va faire mal.

Comment Google mesure la qualité

Le meilleur moyen pour Googe s’il veut juger de la qualité d’un site (e-commerce ou pas) c’est son contenu. C’est la base de tout chez Google : un bon contenu intéressera les visiteurs du site, du coup ils en parleront sur les réseaux sociaux et ils feront tout un tas de liens vers ce site.

On a déjà là une bonne partie des ingrédients pour un bon référencement : du contenu de qualité, des signaux sociaux forts et des liens naturels et spontanés.

Le souci, c’est que dans le e-commerce le contenu est loin d’être un bon indicateur de qualité, sinon LE bon indicateur de qualité, et créer du bon contenu pour un site e-commerce, c’est un peu la croix et la bannière.

Site e-commerce ou magasin de quartier, même combat

Un site e-commerce c’est un peu comme un magasin. On y rentre, on aime ou pas l’ambiance, la disposition des produits, on cherche l’offre qui nous intéresse, on regarde si ça correspond à ce dont on a envie, et si tout est bon, on achète. Si le produit n’est pas enlevable directement on attend qu’il nous soit livré, sans ça on part directement avec.

En e-commerce, c’est quasiment pareil. Lorsque l’on tombe sur un site, on aime ou pas son design, on navigue facilement ou non dans son arborescence, on lit la description du produit qui nous intéresse, et si tout est ok, on achète. Si c’est un produit physique, on attend d’être livré, si c’est un produit numérique on le télécharge directement.

Dans ce parallèle, le contenu est uniquement la description du produit à acheter. C’est à mon sens, le plus gros problème pour cette future mise à jour chez Google.

Le moteur n’aura en effet pas réponse à des questions telles que :

[checklist]

  • Est-ce que les produits ont été faciles à trouver ?
  • Est-ce que le choix est assez large pour que je trouve ce qu’il me faut ?
  • Est-ce qu’on me livre dans les temps ?
  • Est-ce qu’on essaye de se faire de l’argent sur mon dos en rajoutant des frais de dernière minute avant de payer ?
  • Est-ce que le vendeur répond à mes questions si j’en ai avant d’acheter ?
  • Est-ce que si je ne suis pas satisfait on me rembourse ?
  • Est-ce que je reviens acheter ces ce vendeurs ?

[/checklist]

Autant de questions auxquelles Google n’aura pas d’élément universel pour répondre. Par éléments universels, j’entends des données qu’il peut avoir pour chaque site. Par exemple, s’il va chercher des données sur les profils Analytics des sites e-commerce, comment fera-t-il pour analyser ceux qui passent par Xiti ?

Il reste un point que Goolge pourrait chercher à analyser : les recommandations. Si X personnes disent que tel ou tel site est bon, qu’il est fiable et qu’ils en sont satisfaits, on le fait mieux ranker. Qui peut croire à ce genre de critère ? Si Google décide d’utiliser ce genre de signal, je monte demain un site qui fais des fausses recommandations et c’est parti pour Qui Veut Gagner des Millions.

Six mois plus tard, quand Google arrive à détecter et à pénaliser les fausses recommandations, je change mon business pour faire du negative SEO.

Bef, se baser sur les recommandations n’a pas vraiment de sens.

La seule option viable à 100% pour Google, c’est le contenu.

Le problème du contenu

Le gros souci avec le contenu, c’est que ça demande un temps fou à créer. Si on part du principe que chaque page produit doit avoir une description unique, disons d’au moins 300 mots, pour la plupart des sites e-commerce c’est quasiment mission impossible à gérer.

Plusieurs cas :

Mes pages produits sont rajoutées par mes utilisateurs.

C’est par exemple le cas des sites de petites annonces qui peuvent assez facilement être apparentés à du e-commerce. Tout du moins comment les robots de Google feront la différence ? Mon souci c’est que mes utilisateurs rajoutent des annonces, la plupart le faisant sur plusieurs sites. C’est bien normal, ils veulent maximiser leurs chances de vendre leur produit. Ils créent donc plusieurs annoncent à droite et à gauche et comme ce ne sont pas des As sur SEO, ils me font un bon gros travail de duplicate content qui plombe mon site.

Autre exemple :

Je garde tout le temps les mêmes produits sur mon site.

Je propose quelques dizaines ou centaines de références, au bout d’un moment j’ai fait toutes mes descriptions bien comme il faut mais, pas de bol, un concurrent se lance sur mon marché et copie toutes mes descriptions. Comme pour premier cas, une bonne partie de mon site se retrouve reprise ailleurs, pas la folie pour envoyer des signaux de qualité à Google.

On pourrait trouver d’autres exemples mais pas la peine de s’éterniser. Voilà où je veux en venir :

Si je veux lire un livre, je vais à la bibliothèque, si je veux faire mes courses, je vais dans un centre commercial. C’est à Google de se débrouiller pour comprendre si son utilisateur veut de l’information ou un bien/service. Dans le second cas, le contenu ne doit pas être l’élément principal pour mesurer la qualité, tout simplement parce que pour l’utilisateur ça n’est pas le point le plus important.

Le souci c’est que – et ça reste mon avis – c’est le principal critère sur lequel Google va se baser le jour où cet algorithme va sortir. Par conséquent de nombreux sites avec un service clients irréprochable vont couler  et la seule option sera… un produit Google (Adwords ou Google Shopping).

Alors, si vous avez un site e-commerce (ou apparenté), que comptez-vous faire ?

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 3.5/5 (2 votes cast)
Google veut pénaliser les mauvais sites e-commerce, quelques réflexions au passage..., 3.5 out of 5 based on 2 ratings