referencement multilingue

SEO en plusieurs langues

Vous saturez sur vos principaux mots clés, votre longue traîne s’essouffle? Vous souhaitez ouvrir vos horizons, rejoindre de nouveaux marchés, toucher à l’international grâce à votre site Web?

Cela complique un peu la tâche mais en s’y prenant tôt, vous pouvez facilement ajouter quelques langues à votre projet Internet. Voici quelques questions à vous poser pour rejoindre une audience internationale sur Internet.

Réfléchir à sa stratégie linguistique

Tout d’abord, vous devriez prendre le temps de construire une réelle stratégie d’expansion géographique et linguistique.  Pour avoir un site en plusieurs langues, vous devez prévoir du temps pour vous en occuper, ne plus travailler sur une seule version mais les faire avancer toutes systématiquement.  Voici donc quelques questions à se poser:

  1. Quelle est votre cible actuelle?
  2. Existe t-elle dans d’autres pays?
  3. Réagit-elle de manière identique?
  4. Le  paysage concurrentiel local est-il similaire au votre?
  5. Quels sont vos objectifs à court, moyen, long terme sur ces nouveaux marchés?
  6. Quels moyens seront nécessaires afin de surmonter les difficultés identifiées?

La cartographie du SEO international

Pour vous aider à approfondir cette réflexion, MOZ publiait récemment une infographie sur la démarche du référencement international.  Vous en trouverez une transcription et interprétation française sur le blog seo multilingue de Balyst. Pour en faire un rapide récapitulatif, voici les quatre questions que posait Aleyda:

  1. Avez vous un potentiel de référencement à l’international?
  2. Comment cibler votre audience internationale sur le Web?
  3. Comment développer un site multilingue ou localisé pour vos nouvelles cibles?
  4. Comment mesurer votre succès SEO international?

Apprenez à utiliser les langues comme petites portes d’entrées

Vous l’avez maintenant compris, une fois décidé, c’est tout un projet que vous lancez.  Vous aurez des facilités de création de contenus puisque vous les avez déjà dans votre version vraisemblablement française.  Toutefois, il faudra penser à le faire traduire de manière professionnelle et à le dynamiser.  Je vous conseille fortement de commencer par des langues secondaires sur lesquelles vous avez validé un potentiel et dont l’environnement Web est encore faible, tout autant au niveau du contenu général (vous pouvez vérifier le nombre de résultats dans les SERPs pour vos principaux mots clés) que de la qualité du référencement (en étudiant les sites occupant les premiers résultats sur ces même mots clés).

C’est une stratégie de contournement qui peut vous rapporter gros.

Pour illustrer ce point, je prendrai l’exemple d’une version anglaise pour votre site français.  Evidemment, l’anglais, c’est la langue dominante sur Internet et vous vous imaginez déjà exporter vos services ou produits aux Etats-Unis, en Australie et même jusqu’en Nouvelle-Zélande.  Toutefois, la concurrence y est très rude, le référencement particulièrement difficile, coûteux et vous devrez vous fixer des objectifs raisonnables : à court terme offrir à mes clients internationaux plus d’informations, pénétrer des marchés secondaires puis développer progressivement ses ventes en anglais.

Traductions automatiques versus traductions de qualité

Vous avez beau maîtriser une ou deux autres langues, il y a peu de probabilités que vous ayez un réel talent rédactionnel dans ces langues.  Google peut valider aujourd’hui votre niveau d’écriture, trouver les fautes d’orthographe et même pénaliser votre « author rank » si avez tendance à publier du contenu de pauvre niveau litéraire (c’est mon cas mais je me soigne, je vous assure).  Voici une rapide explication sur vos alternatives:

  • Utiliser une traduction automatique – Google et Bing vous la propose (respectivement gratuits jusqu’à 1 et 2 millions de caractères par mois) mais là, c’est une qualité très approximative pour vos lecteurs internationaux, parfois à peine compréhensible.  En sus d’une expérience internaute médiocre, les moteurs de recherche pénalisent ce type de traduction (oui, même si ce sont leurs propres services).  A oublier donc,
  • Traduire vous-même – je viens d’en parler, pensez aux efforts, au coût et au résultat.  Mieux vaut trouver un spécialiste freelance pas cher,
  • Faire traduire par un spécialiste – vous avez énormément de places de marché et de portails freelance (freelancer, elance, Proz) où vous trouverez des traducteurs à prix cassés.  Par expérience, c’est souvent moins cher que le coût horaire d’un employé.  Le seul bémol, c’est la disponibilité pour de petites traductions.  Assurez-vous de bien préparer vos dossiers (contenu, petits textes, newsletters, emails automatiques…).

Vous avez maintenant confirmé le potentiel, verrouillé vos nouvelles cibles et établit un système de traduction efficace.  Vous voilà prêts à vous lancer à l’international!

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 1.0/5 (1 vote cast)
Construire un site multilingue pour un référencement efficace, 1.0 out of 5 based on 1 rating